Page en cours de chargement...
  
 
  
 

Le tir aux armes à poudre noire

Cette discipline propose des épreuves où sont utilisées des armes d’origine ou des répliques représentant les divers systèmes de mise à feu (Mèche, silex, percussion). Ces armes d’épaule utilisent uniquement de la poudre noire. Les 10 meilleurs impacts sont retenus sur les 13 coups tirés pour le score. Les tenues vestimentaires sont libres mais les tireurs passionnés n’hésitent pas à endosser des habits d’époque, ce qui ne fait qu’ajouter au spectacle. Les noms des épreuves évoquent soit des noms de personnes qui ont inventé ou fabriqué des armes, soit des sites significatifs de l’histoire des armes.

Par exemple, l’épreuve «Minié» tient son nom du Commandant Claude-Etienne MINIE (1804-1879). Il est l’nventeur, avec d’autres officiers, dont notamment Delvigne, mais on ne retiendra que le nom de Minié, de la balle «cylindro-ogivale avec jupe d’expansion». Pour faire simple: une balle avec une base en forme de "cloche". On connait les canons rayés depuis le 16e siècle: les rayures confèrent au projectile un mouvement rotatif qui stabilise son vol et améliore la précision. Mais comme on charge encore les armes par la bouche, on ne peut pas utiliser de balles qui épousent parfaitement l’âme du canon et qui donc tirent pleinement profit de l’avantage des rayures. Minié et d’autres officiers, ont inventé une balle avec une base creuse, en forme de cloche. Elle est facile à charger par la bouche et, lors du tir, sa jupe se gonfle sous l’effet de la pression des gaz et la balle épouse alors parfaitement l’âme du canon. Cette invention marque une étape importante dans le perfectionnement des armes à feu: la portée utile des fusils passe de 250 à 1000m, ce qui bouleverse complètement la tactique militaire. En effet, jusque là, l’arme absolue sur le champ de bataille, c’est la cavalerie: elle peut s’approcher sans crainte jusqu’à 250 m et il ne lui faut alors qu’une vingtaine de secondes pour fondre sur l’ennemi au galop de charge. Durant les 20 secondes qu’il tient la cavalerie sous son feu, l’ennemi ne peut pas lui infliger de très lourdes pertes. Mais, en disposant d’armes dont la porté passe de 250m à 1000m, on tient la cavalerie sous son feu non pas pendant 20 secondes mais pendant une minute et vingt secondes… Les pertes sont énormes. La balle Minié signe la fin des charges de cavalerie "sabre au clair" et la fin de la cavalerie tout court.

Cible C50 (cible "précision")
zone12345678910mouche
∅ en cm50454035302520151052,5 cm

La distance de tir sur cible fixe est de 50 ou 100 mètres (Il existe aussi du "tir aux pigeons" poudre noire). Les armes utilisées sont des fusils ou des carabines à canon lisse ou rayé, elles peuvent être réglementaires, civiles, à percussion, à silex ou à mèche suivant les épreuves.

nom de l’épreuvearmepositiondistancecible
VETTERLIFusil libre à mèche, silex ou percussion (Origine ou réplique)debout50 mC50
MIQUELETFusil réglementaire (Origine ou réplique) à silex, canon lissedebout50 mC200
HIZADAIFusil à mèche crosse de joue (Origine), canon lissegenou50 mC200
HIZADAIFusil libre à mèche (Réplique), canon lissegenou50 mC200
TANEGASHIMAFusil à mèche, crosse de joue (Origine), canon lissedebout50 mC200
TANEGASHIMAFusil libre à mèche (Réplique), canon lissegenou50 mC200
MAXIMILIENFusil à silex (Origine ou réplique), canon rayécouché100 mC50
MINIEFusil à percussion « réglementaire » (Origine ou réplique), canon rayé - calibre supérieure à 13,5 mmcouché100 mC50
WHITWORTHFusil à percussion libre non qualifiés pour l’épreuve MINIE. Canon rayécouché100 mC50
WALKYRIEEpreuve féminine - Fusil à percussion (Origine ou réplique), canon rayécouché100 mC50
MENTONfusil à silex (Origine ou réplique)debout-plateaux d’argile
LORENZONIfusil à percussion (Origine ou réplique)debout-plateaux d’argile

On tire d’abord, on vise ensuite!

Si si, vous avez bien lu. C’est comme ça parait-il que l’on doit procéder avec les armes trè anciennes à mèche et à silex, car il s’écoule "un certain temps" entre le moment où on presse la détente et le moment de la mise à feu, un moment assez long pour laisser le temps au tireur de soigner sa visée. On peut rigoler… ou on peut mettre ceci en relation avec ce que disent certains spécialistes du tir aux armes modernes: il faut se concentrer totalement sur le lâcher (action du doigt sur la détente) jusqu’à l’effacement de 99% du poids de détente et ne se soucier du parfait alignement des organes de visée et de la cible que lorsqu’il ne reste plus que 1% du poids de détente à effacer avant que le coup parte. Tout l’entraînement consistant à améliorer la finesse de sensation de la troisième phalange de l’index fort (qui presse la détente) afin de sentir le moment où on approche de ces fameux 99%.

Un tireur licencié à l’ASTAR, nous a fait le plaisir de nous prêter sa Wesson calibre 45 pour un coup d’essais. Ce n’est pas un modèle d’époque -la carabine s’entend, le tireur est lui entièrement d’époque!- mais une excellente réplique "made in Brescia" ville italienne au long passé armurier.

Le chargement d’une arme à poudre noire est un sacré rituel

Tout d’abord, on arme le chien (sans amorce) pour que l’air puisse s’échapper du canon. On place ensuite à la bouche du canon une pièce destinée à protéger les rayures pendant les opérations de chargement. C’est particulièrement important pour conserver la précision de l’arme. On verse alors la poudre. Celle-ci a été pesée à la maison et conditionnée dans de petites dosettes en plastique hermétiques. L’entonnoir n’est pas obligatoire mais si vous en utilisez un, il doit impérativement être en laiton: le plastique risque en effet de produire de l’lectricité statique et la poudre noire peut exploser!

Ensuite, on place une bourre, en l’occurence du carton épais (un demi-centimètre) dans lequel on a façonné des bourres à l’aide d’un emporte-pièces spécialement fait pour cela (commandé aux USA). La bourre est enfoncée bien jusqu’au fond.

Ensuite, on enfonce une balle graissée dont on aura bien essuyé la base. Il faut la pousser au fond. Une fois qu’elle a effectué une vingtaine de centimètres dans le canon, elle a bien pris ses rayures et glisse plus facilement; au début, c’est un peu plus dur et c’est pourquoi on utilise un premier pousse-balle, court, et parfois le maillet, avant d’utiliser la baguette longue!

La puissance et la précision des armes à poudre noire provient du fait que la balle est forcée dans ses rayures AU CHARGEMENT, contrairement aux armes modernes où une partie de la charge propulsive sert à extirper la balle de son étuis et lui faire prendre les rayures.

On pose ensuite l’arme sur la table, en direction des cibles, et on place une amorce. L’arme est à ce moment prête à faire feu.

Un recul raisonnable

Le canon octogonal lourd est un gage de précision mais également de recul raisonnable. L’arme pèse en effet 4,5kg, soit 1,5 kilo de plus qu’un fusil de chasse.

Cette arme est équipée d’origine d’un stetcher (levier qui "efface" une partie du poids de détente) et la gâchette est extrèmement facile, comparable à celle d’une arme de compétition moderne. À vue de nez, le poids de détente doit se situer aux environs de 500 grammes!

Avec une charge légère de 2,5 grammes de poudre noire de chasse, le recul est comparable à celui d’ un fusil de chasse calibre 20.

Le bruit par contre est beaucoup plus fort (casque anti-bruit obligatoire) et puis il y a ce nuage de fumée incroyable (visible sur la photo)! Sûr qu’à Waterloo ou Gettysburg, on ne devait plus rien voir après la première salve!

Il est obligatoire de porter des lunettes de protection car au moment du tir on a les yeux à 20 cm de l’amorce et des escarbilles peuvent vous blesser. Les porteurs de verres correcteurs sont également prévenus que ces fameuses escarbilles peuvent endommager les verres (elles s’y incrustent à chaud et ne peuvent plus être enlevées).

Notre coup d’essais s’est soldé par un 5 à 3 heures (cible placée à 50m, avec bench-rest) mais en appuyant sur la queue de détente, il n’y a pas eu que le départ du coup, il y a aussi eu un déclic: la poudre noire, c’est vraiment génial, c’est une merveilleuse façon de concillier deux passions: l’histoire et le tir sportif.

Les cibles utilisées aux armes d’épaule sont des C50 placées à 50 ou 100m ou des C200, c’est à dire des cibles de tir à la carabine 300m, que l’on place à 50m. La position de tir est debout, à genou ou couché pour les armes d’épaule, mais sans appui, fourquine ou bipied (en compétition) .

Il existe aussi du "tir aux pigeons" poudre noire.

Voir également le tir aux ARMES DE POING à poudre noire



top
Reunion Island Guns
© 2003-2005 Ignace de Witte Tous droits réservés
Infos légales | Nous contacter | Plan du site | Lexique | Nos bannières