Page en cours de chargement...
  
 
  
 

le calibre des armes à canon rayé


Dans un 357 Magnum, on peut
tirer du 38 Special et du 38+P.
PAS L’INVERSE.

Mais, en réalité, plus d’un prof de math y perdrait son latin en essayant de trouver une logique dans la désignation du calibre des armes à canon rayé. C’est normal: il n’y a pas UNE logique mais plusieurs, quand ce n'est pas carrément de la fantaisie de la part des fabricants!

Essayons d’aborder le problème avec ordre et méthode et partons du principe que le calibre d’une arme, c’est avant tout…

1) Le diamètre de l’âme du canon.

Système métrique et système US

Première difficulté, il existe sur notre planète deux grands systèmes de mesures : le système métrique et le système anglo-saxon. Le système métrique est basé sur une unité de référence, le mètre étalon, et le système décimal: le mètre est divisé en 10 décimètre, le décimètre est divisé en 10 centimètre, le centimètre est divisé en 10 millimètres, etc. En ce qui concerne le calibre, c’est le millimètre qui est l’unité utilisée.

Le système anglo-saxon est plus imagé et plus complexe: un pied fait 12 pouces etc. Les anglo-saxons indiquent la décimale par un point (et pas par une virgule) et ils n'écrivent pas le zéro avant la décimale : 0,38 pouce = .38 inch.

En matière de calibre, les anglo-saxons appliquent le système décimal… à leur unité US !* Les Anglos-saxons indiquent le calibre en centièmes ou millièmes de pouces. C’est d’ailleurs pourquoi on devrait normalement parler de calibre 38 (calibre trente-huit) et jamais de calibre .38 (calibre point trente-huit). Mais c’est, hélas, une erreur encore plus répandue que “le doigt sur la gâchette”.

* Remarquez, avant de vous moquer, que nous mélangeons nous aussi deux systèmes différents quand on parle de centièmes et millièmes de secondes…

Calibre nominal et calibre réel

Deuxième difficulté, le calibre NOMINAL, c’est à dire l’appellation usuelle du calibre, ne correspond pas forcément au calibre RÉEL de l’âme du canon. Par exemple, tous les tireurs savent que l’on peut sans problème tirer des munitions de calibre 38 Special et 38 Special +P dans un revolver calibre 357 magnum (photo de droite). En effet, le chiffre 38 n'indique pas ici le diamêtre de l’âme du canon en centièmes de pouce. Selon certains, Horace Smith et Daniel Wesson, qui ont développé cette munition, ont choisi ce chiffre parce qu’ils voulaient bénéficier de l’excellente image de marque de la référence de l’époque: le 38 Colt. d’autres disent qu’ils ont indiqué le diamètre extérieur de l’étui… Quoi qu’il en soit, une chose est sûre: le calibre réel du 38 Special et du 38 Special+P n'est pas 0,38 pouce mais 0,357 pouce et on peut tirer sans problème cette munition dans un revolver 357 magnum*.

* Mais l’inverse n'est pas possible : on ne peut pas tirer une munition de 357 magnum dans un revolver 38 Special. Ce n'est pas une question de diamètre —ils sont identiques— mais une question de pression maximum admissible.

Mesure à fond de rayures ou en haut des rayures? 

Heureusement, en règle générale, le calibre nominal correspond au calibre réel: 357 magnum = 0,357 pouce, 308 Winchester = 0,308 pouce, etc. Mais on n'est pas sauvé pour autant ! Un des meilleurs exemples pour le comprendre est le calibre réglementaire des fusils d’assaut de l’oTAN. Il est appelé 223 Remington par les Américains et 5,56 OTAN  par les Européens. Or, et vous pouvez le calculer, 223 millièmes de pouce, cela fait 5,66 mm et pas 5,56 mm. Cela proviendrait, parait-il, du fait que de ce côté-ci de l’atlantique on mesure l’âme du canon en haut des rayures et de l’autre côté de l’atlantique à fond de rayures. En tous cas, une chose est sûre: la balle mesure  .224 inch , soit 5,69mm, de diamètre et cela des deux côtés de l’atlantique !

Tout ça pour dire…

… qu’il est extrèmement dangereux de vouloir convertir soi-même les calibres US en calibres européens (ou l’inverse). Il faut toujours laisser les calibres dans leur appellation d’origine. Cette appellation est normalisée et permet d’identifier un calibre sans risque de confusion. Les cas du 38 Special et du 223 remington ne sont pas exceptionnels: le 7,65 Parabellum européen devient 30 Luger en traversant l’atlantique alors que le 7,65 Browning devient 32 ACP.

Pour vous aider, nous avons établi, à partir de sources sérieuses et recoupées,


étuis de 223 Remington et étuis de 22 LR

Maintenant que vous en savez plus (?) sur la désignation du calibre à partir du diamètre de l’âme du canon, introduisons un deuxième paramètre :

2) Pour un même ø de canon, plusieurs calibres

Observez bien la photo: au premier plan, un étuis de 22 LR, munition de tir de loisir sportif par excellence. Au second plan,  un étuis de 223 Remington, redoutable munition de guerre, utilisée dans le FAMAS, le M16 américain, et tous les fusils d’assaut de l’oTAN. Aucune confusion possible ! Pourtant, au niveau du diamètre de la balle, ces deux calibres ne diffèrent que d’un dixième de millimètre : 5,59mm pour le 22 LR contre 5,69mm pour le 223 Remington.

Cela prouve bien que l’on ne peut raisonnablement pas réduire la notion de calibre au seul diamètre de l’âme du canon.

En Europe continentale, pour compléter l’information, on a choisi en 1909 (conférence internationale d’erfurt) de faire suivre le diamètre du projectile par la longueur d’étuis. Exemple: calibre 9x21 = ogive de 9mm de diamètre sur un étuis de 21 mm de long. Notez que les mesures ne sont indiquées au dixième ou centième de mm près qu’en cas de confusion possible entre deux munitions très proches. Par exemple: 7,62x25 (Tokarev) et 7,63x25 (Mauser). Il a également été décidé de faire suivre le tout d’une lettre: «R» désigne une munition à bourrelet (Rand en allemand et Rim en Anglais), «S» désigne une munition à ogive pointue Spitz, etc. Ce système est appelé par certains "nom scientifique" du calibre.

Dans les pays anglo-saxons on préfère compléter l’information « diamètre » par un nom, souvent celui du développeur. Exemple : calibre 300 Savage, différent du calibre 300 Winchester, différent du calibre 300 Holland & Holland Magnum, différent encore du 300 Weatherby.


30-06 Springfield

3) Fantaisie et rigueur

La munition ou l’arme de calibre x que le consommateur achète à Manilles, Berlin ou Nairobi a exactement les mêmes caractéristiques que la munition ou l’arme de calibre x achetée à Jo'burg, Paris ou Atlanta.


Nos principales sources: «Annuaire des Armes» (Raymond Caranta, éditions Crépin-Leblond), «Guide de l’armurerie» (Nobel Sport), «Le Gastinne Renette des Armes de Poing» (éditions Garnier), «Haas Guide to Small-Arms Ammunition» (Mike Haas, 1997).



top
Reunion Island Guns
© 2003-2005 Ignace de Witte Tous droits réservés
Infos légales | Nous contacter | Plan du site | Lexique | Nos bannières