Page en cours de chargement...
  
 
  
 

Clint Eastwood 5/10

Magnum Force (1973)

Deuxième film de la série. Réalisation: Ted Post. Scénario: Michael Cimino et John Milius (qui a exigé un 44 Magnum, en souvenir). Musique: Lalo Schifrin.

Rica, un des chefs de la Mafia est acquitté. Mais, en rentrant chez lui avec son avocat, il est abattu au 357 Magnum. L’inspecteur Harry Callahan (Clint Eastwood) arrive sur les lieux du crime mais le lieutenant Briggs (Hal Holbrook) lui dit de repartir: Callahan, à cause de ses méthodes expéditives (il sort plus vite son Smith & Wesson 44 Magnum que les menottes), a été mis au placard. D’autres meurtres de truands donnent à penser que certaines personnes ont décidé de jouer les justiciers et le maire impose à Briggs de mettre Callahan sur le coup. Ce sont des motards de la Police qui sont responsables de ces meurtres. Quand ces derniers demandent à Callahan de les rejoindre, il répond: «J’ai peur que vous n’ayez une fausse opinion de moi». Sa réponse s’adresse aussi aux critiques qui ont mal accueilli le premier film (Dirty Harry)!

Briggs: «De toute ma carrière, mon arme n’est pas sortie une seule fois de son étui.»
Callahan:«Vous êtes un homme sage lieutenant. L’homme sage est celui qui connait ses limites.»

Le film comporte des erreurs de script. Les policiers roulent en Moto Guzzi California,qui se transforment en Triumph Bonneville et même en monocylindre japonais (scène du porte-avion)! Lorsque Briggs et Callahan sont en voiture, on les voit passer deux fois devant le commissariat et Callahan dit: «On ne va pas au commissariat?» Dans la même scène, Briggs remet deux fois de suite ses lunettes.

Dans le stand de tir, Callahan explique aux motards (parmi lesquels David Soul, qui deviendra Hutch dans Starsky et Hutch) qu’il recharge son revolver Smith & Wesson 44 Magnum avec du "Special". Il s’agit de munitions calibre 44 Special, qui diffère du 44 Magnum par la longueur de l’étuis, légèrement plus court, et une charge propulsive moins importante. L’arme perd un peu en puissance mais elle gagne beaucoup en précision et confort de tir.

Breezy (Breezy) 1973

Realisation: Clint Eastwood (il ne fait qu’une brève apparition dans le film, à la Hitchcok). Scénario: Joe Heims. Musique: Michel Legrand. Avec William Holden (Frank Harmon), Kay Lenz (Breezy), Roger C. Carmel (Bob Henderson), May Dusay (Betty Tobin), Joan Hotchkis (Paula Harmon), Jamie Smith-Jackson (Marcy), Norman Bartold (L’homme dans la voiture), Lynn Dorden (Le rendez-vous de Harmon), Shelley Morrison (Nancy Henderson), Dennis Olivieri (Bruno).

Breezy est une adolescente hippie au grand coeur. Après avoir été menée en bateau par un homme qui s’intéressait à elle uniquement pour le sexe, elle réussit à s’échapper. Elle court se cacher dans une propriété où elle se retrouve dans la maison de Frank Harmon, un homme d’age mûr. Frank prendra Breezy sous son aile à contre-coeur. Mais, il n’avait pas prévu de tomber amoureux d’elle.

Le canardeur (Thunderbolt and Lighfoot) 1974

Réalisation et scénario: Michael Cimino, auquel Clint Eastwood, producteur du film, donne sa chance en tant que réalisateur (Cimino avait déja co-écrit le scénario de Magnum Force).

Dunlop, Red et Goody, convaincus d’avoir été doublés par Doherty, alias le Canardeur (Clint Eastwood), le retrouvent, déguisé en pasteur. Dunlop essaye de l’abattre mais Doherty est tiré d’embarras par un jeune aventurier: "Pied de biche". Doherty explique à ses anciens complices qu’il n’a pas le butin du coup qu’ils ont monté ensemble, les 500 000 dollars ont été caché dans une vieille école par un autre comparse, décédé depuis.


top
Reunion Island Guns
© 2005 Ignace de Witte Tous droits réservés
Infos légales | Nous contacter | Plan du site | Lexique | Nos bannières