Page en cours de chargement...
  
 
  
 

Clint Eastwood 8/10

Le cavalier solitaire (Pale rider) 1985

Réalisation: Clint Eastwood. Scénario: Michael Butler. Musique: Lennie Niehaus (mais c’est Clint Eastwood qui compose le thème principal).

Josh Lahood (Christopher Penn), plus gros propriétaire terrien de la région, essaie d’expulser les chercheurs d’or indépendants de leurs terres. Arrive "le prêtre"(Clint Eastwood) tout de noir vétu qui se présente comme un soldat de Dieu. Citation du film:«And I saw, and behold, a pale horse, and its rider’s name was death, and hell followed him.».

«le prêtre» a comme arme un Remington New Model Army, calibre 44, revolver à "cage fermée" (meilleure rigidité de la carcasse) et canon octogonal de 8 pouces.

Premier film de Clint Eastwood sélectionné au Festival de Cannes (1985). Clint Eastwood est nommé la même année Chevalier des Arts et des Lettres par Jack Lang, ministre de la culture.

Le maître de guerre (Heartbreak ridge) 1986

Réalisation et production: Clint Eastwood. Il a aussi écrit la chanson "How much I care". Tom Highway (Clint Eastwood) est un marines héros de Corée et du Vietnam qui n’est pas devenu officier à cause de son tempérament vis-à-vis de ses supérieurs. Il est simple instructeur. Il hérite d’un groupe de fortes têtes qui vont vite comprendre à qui ils ont affaire: «Je bouffe des barbelés et je pisse du napalm. Et je met une balle dans le culs d’une mouche à 200m.». Ils partent en mission sur l’île de la Grenade, où des civils Américains sont pris en otage.

Sur cette photo: Fusil mitrailleur Kalashnikov non pas modèle AK 47 mais bien AK 74 (nouveau modèle).

Bird (Bird) 1987

Réalisation: Clint Eastwood. Avec Forrest Whitaker dans le rôle de Charlie "Bird" Parker. L’histoire commence en 1954: Charlie "Bird" Parker est admis à l’hôpital Bellevue de Manhattan: à la suite de la mort de sa fille et de divers revers de fortune, il a tenté de mettre fin à ses jours. Son agent, Brewster, lui propose une tournée avec Chummy Morello.

Clint Eastwood, grand fan de jazz et excellent musicien lui-même, a signé là un remarquable hommage au saxophoniste. Il a également produit un film documentaire sur Thelonius Monk en 1988 et un autre sur les 40 ans du Festival de Jazz de Monterey.

En 1998, Clint Eastwood a sorti «After Hours», un album où il joue avec ses copains musiciens les thèmes de ses films.

Son fils, Kyle Eastwood, est lui aussi musicien et il a composé certaines musiques de ses films.

La dernière cible (The dead pool) 1988

Réalisation: Buddy Van Horn. Scénario: Steve Sharon. Musique: Lalo Schifrin. L’inspecteur Harry Callahan, toujours flanqué de son inséparable Smith & Wesson 44 Magnum, est chargé de retrouver le meurtrier qui s’en prend à l’entourage de Peter Swan, un metteur en scène de films d’horreur. Il découvre que celui-ci a établi une liste pour un jeu macabre et que le dernier nom sur la liste est le sien. Une des plus belles scènes du film et une course poursuite dans les rues de San-Francisco où Callahan tente de semer une… petite voiture téléguidée transportant une bombe.

Callahan à son capitaine: «Les opinions, c’est comme les trous du cul, tout le monde en a. »

Le capitaine: «Callahan, vous savez ce que c’est? C’est une facture pour une caméra et un objectif. Quand je vous ai demandé de cesser de démolir des voitures, je ne voulais pas dire qu’il fallait chercher autre chose à démolir! »

Pink Cadillac (Pink Cadillac) 1989

Réalisation: Buddy Van Horn. Scénario: John Eskow. Musique: Steve Dorff.

Tommy Nowak (Clint Eastwood) a pour job de récupérer les détenus remis en liberté provisoire et il emploit pour cela toutes sortes de ruses particulièrement efficaces. Les ennuis commençent quand il doit récupérer une dénommée Lou Ann McGuinn (Bernadette Peters), en fuite vers le Nevada avec son bébé de huit mois, dans la Cadillac rose de 1959 de son mari psychopate.


top
Reunion Island Guns
© 2005 Ignace de Witte Tous droits réservés
Infos légales | Nous contacter | Plan du site | Lexique | Nos bannières